L’abbé Oliba (Besalú 971 – Sant Miquel de Cuixà, Conflent 1046), bénédictin, évêque et comte de Berga et Ripoll (998-1003). Troisième fils du comte Oliba Cabreta de Cerdanya i Besalu et de sa femme Ermengarda et arrière-petit-fils du comte de Barcelone Guifré el Pilós.

A la mort de son père, en 988, Oliba exerce avec ses frères et sa mère les fonctions de comte sur la totalité du patrimoine familial. Ainsi, pendant que son frère Bernat hérite de Besalu et Guifre de la Cerdagne, Oliba reçoit Berga et Ripoll.

Il renonce aux comtés en 1002 et entre au monastère de Santa Maria de Ripoll. Il est choisi abbé du monastère en 1008, entre le 29 juillet et le 8 août, devenant ainsi le 7ème abbé du monastère. La même année, en 1008, quelques jours avant Ripoll, il fut choisi abbé du Monastère de Sant Miquel de Cuixa, abbaye appartenant au patrimoine familial, comme celle de Ripoll. De cette façon, Oliba devenait abbé des deux monastères les plus importants de Catalogne de l’époque.

Certainement sur la demande de la comtesse Ermessenda de Carcassone, comtesse de Barcelone, Gérone et Osona, il fut nommé évêque de Vic en 1018.

bisbe2
bisbe1

Pour comprendre l’œuvre de l’abbé Oliba, il faut bien situer le contexte historique, en survolant l’histoire. L’abbé Oliba était l’arrière-petit-fils du comte Guifré el Pilós et c’est précisément à partir de ce personnage que le territoire a commencé à changer et est devenu celui que l’abbé a trouvé. Nous allons analyser les trois piliers de la société médiévale : organisation politique, ecclésiastique et les monastères.

Quand Guifré reçoit à sa charge les nouveaux territoires de Catalogne, il se heurte au fait que ses domaines sont disposés de façon à encercler un énorme territoire central devenu “terre de personne”, les cantons d’Osona et du Bages.

Auparavant, ce territoire n’avait pas beaucoup d’importance, mais il fallait désormais établir une voie de communication directe entre Barcelone et la Cerdagne et assurer une frontière solide pour se défendre des musulmans, qui est celle formée par le Llobregat, le Cardener et le Segre moyen, présente depuis des siècles.

La zone permet le repeuplement puisqu’il y a une grande étendue dépeuplée avant d’arriver à la frontière sarrasine. Et cela à cause de la Révolte d’Aisso survenue entre 826 et 827, dans la Plaine de Vic. Une fois la révolte contrôlée, la zone est dévastée et dépeuplée. Déjà en tant que comte de Barcelone – Gérone, Guifré se charge de repeupler le Ripolles, la Plaine de Vic, les Guilleries et le Lluçanes à partir de 879. Très vite, des structures hiérarchiques civiles et ecclésiastiques (tribunaux juridiques, paroisses, châteaux) sont installées dans le Ripolles et dans la Plaine de Vic.

Le second pilier est l’organisation ecclésiastique. Pendant le repeuplement, plusieurs églises et monastères sont consacrés et un nouvel évêché s’installe à Vic, dépendant de l’archevêque de Narbonne jusqu’à ce qu’il acquière prospérité et autonomie pour avoir son propre évêque vers 887.

Finalement, le troisième pilier, les monastères. À la suite du renforcement du pouvoir comtal, la fondation de divers monastères a lieu : Eixalada-Cuixà, Ripoll et Sant Joan de les Abadesses. Deux de ces monastères, Cuixa et Ripoll, seront sous la direction de l’abbé Oliba.

La personnalité de l’abbé Oliba a traversé les siècles de par son rôle primordial pour la culture catalane. C’est parce qu’il a été l’une des personnes les plus influentes et importantes de son temps. En utilisant le poste qui fut le sien, il fera de nombreux voyages, pas seulement dans la Catalogne de l’époque, mais aussi en Europe, à Narbonne, à Rome ou en Lombardie. Ce contact avec différentes parties de l’Europe permettra qu’au travers de l’abbé Oliba, de nouveaux courants et idées représentés surtout par le roman, style architectonique qui sera un grand impulseur pour le territoire catalan, s’imposent. De plus, l’accompagnaient lors de son retour des artistes, techniciens et maîtres d’oeuvre lombards qu’il utilisait pour ses constructions.

Par conséquent, l’abbé Oliba est considéré comme celui qui a introduit l’architecture romane en Catalogne. Sous sa direction, les maîtres d’œuvre qui l’accompagnaient lors de ses voyages de retour ont apporté des éléments tels les voûtes de canon, les coupoles, les arcs lombards ou les clochers, qu’il a introduits comme nouveautés architectoniques de l’époque. Voici quelques-unes des œuvres les plus remarquables dont il a été le promoteur:

• De 1025 à 1035, l’abbé Oliba fonde le monastère de Montserrat. Il a annexé Ripoll et envoie des moines de Ripoll à Montserrat.

• Il a dirigé les travaux de la basilique de Santa Maria de Ripoll, considérée comme l’un des joyaux du roman et consacrée en 1032.

• Il a également participé au remaniement du Prieuré de Manresa en 1020 ; Casserres en 1039 et Cardona en 1040.

• Il a également apporté à plusieurs constructions romanes des éléments tels les voûtes de canon déjà mentionnées, les coupoles, les arcs lombards ou les clochers présents à Vic, Ripoll, Cuixa, Sant Miquel de Fluvia, Casserres ou les cryptes de Cuixa, Cardona, etc.

bisbe3

L’importance de l’abbé Oliba dans le monastère de Ripoll est réellement remarquable. Il a transformé le monastère de Santa Maria de Ripoll en un centre intellectuel de premier ordre.

Sa grande tâche culturelle a signifié qu’à sa mort en 1046 le nombre de codex que comptait le bureau des copistes avait atteint 982. On y copiait des livres de toutes sortes : musique, mathématiques, homélies, etc. et, élément suprême, les trois grandes Bibles.

bisbe4

La relation de l’abbé Oliba avec le Monastère de Sant Joan de las Abadesses n’a pas été directe, car il appartenait à un ordre féminin mais cela est très important pour les faits qui en découlent : la disparition de la communauté féminine de Sant Joan et la création de l’archevêché éphémère de Besalu.

En 1017, la communauté féminine de Sant Joan des les Abadesses disparaît. L’abbé Oliba a été l’un des personnages qui présenta une accusation au Pape Benoît VIII en disant que l’abbesse et les religieuses avaient une conduite immorale et scandaleuse.

bisbe5

Une fois reconquis Osona et l’évêché réétabli, la nomination de l’évêque Oliba le place en neuvième position, et si on fait le calcul, l’abbé Oliba est le 15e évêque de Vic. Le poste qu’il occupait en tant qu’évêque lui permettait d’exercer l’autorité religieuse au-delà du domaine d’influence du monastère.

Une chose est à remarquer de son passage comme évêque de Vic : les nombreux bâtiments religieux qu’il a érigés sur le territoire de son évêché, comme en tant qu’abbé. C’est pour cette raison que l’art roman du Ripolles est étroitement lié à celui d’Osona.

bisbe6

Du IXe au XIIe s., la ville de Manresa et le canton du Bages ont subi les attaques dévastatrices intermittentes des Sarrasins.

Ce qui était donc nécessaire, c’était de restituer la ville, chose qu’il fit par l’intermédiaire de la comtesse Ermesenda, veuve du comte Borrell et mère de Berenguer Ramon I, et qui, après être arrivée à Manresa accompagnée de son fils et de l’Abbé Oliba, confirme avec ses accompagnants la dotation de l’église de Santa Maria de Manresa, la récupération de la ville et le repeuplement de la municipalité.

bisbe7
MENUMENU
X